Les chroniques d’un farmer – part.6

Il y a des choses que l’on ne vit qu’en Nouvelle-Zélande, des moments uniques, comme inégalables. Pour les vivre, il faut savoir faire le premier pas, avancer dans l’inconnu, sauter dans le vide. Après, t’as plus qu’à fermer les yeux. T’es ailleurs, comme transporté. Tu vis quoi. Ce sentiment, je l’ai eu à plusieurs reprises depuis mon arrivée le 13 juin 2015. Et le 30 mars dernier, le monde qui m’entourait a tout simplement disparu. J’ai fermé les yeux, tendu l’oreille, eu la chair de poule et presque les larmes aux yeux…
Retour.

IMG_20160413_182502

Mount Cook, depuis Caroline Hut (1830m)

Mardi 29/03, 5h du matin. Certains diront qu’il faut être fou pour se lever aussi tôt sur son jour de repos. Oui, je suis fou. Mais cette folie m’a permis de vivre 2 jours extraordinaires. Le Mount Cook est juste extraordinaire. Quand je vois sur les groupes Facebook qu’à part 2 randos (Hooker Valley Track et Mueller Hut Route), le site n’est pas génial, j’ai juste envie de faire mon « bad boy » et les envoyer balader.
En bref, vous l’aurez compris, les 29 et 30/03, je suis parti au plus près du Mt Cook pour du tramping de grand malade. Et, « une fois n’est pas coutume », je rejoins l’ami Benoît. Ouais, parce que vivre des trucs sidérants, c’est bien mieux à deux. Non ? 🙂

Manque de pot, cet article ne sera pas à propos de la fameuse rando sur laquelle j’ai bavé pendant des semaines (la fameuse Mueller Hut Route, évoquée dans mes précédents articles). Cette fois, direction le glacier Tasman. Au bout, une hut. Autour, les montagnes. Au-dessus, Mt Cook.
Allez, récit d’un tramping vers Ball Ridge !

9h. Après avoir récupéré Ben, on file vers l’I-Site prendre nos tickets pour la hut (Ball Shelter) et le location beacon (sorte de balise GPS en cas de danger). Oui, la rando du lendemain s’annonce périlleuse. On a enfin tout ce qu’il faut. On arrive au parking, on emprunte la route réservée aux 4×4 (Hé oui mon petit…) et on commence à grimper.
13h15. On stationne notre char de compétition. Dernier check, on a tout. On peut enfin partir.

[Indiscrétions: vous vous demandez sûrement ce qu’il s’est passé entre temps ? Je suis tenu au secret professionnel. Si ça vous intéresse, et Dieu sait qu’il y a du croustillant à la clé, je vous expliquerai… Ce qui se passe en NZ reste en NZ paraît-il… Je peux vous dire que notre fierté en a pris un coup !]

Le début de rando n’est pas bien compliqué. On longe le haut du glacier Tasman. Tranquillement, on arrive vers la hut, notre maison pour la nuit…
Hop, quelques photos !

15h30. Après notre grosse assiette de noodles (amis gastronomes et voyageurs, on est d’accord: les noodles, c’est vraiment pas bon, mais au moins c’est léger ! 😛 ), Ben part explorer le glacier, moi je pars sur le sentier. Je finirai par me paumer, à devoir rebrousser chemin, à finir par escalader des rochers et me rendre compte que je suis monté beaucoup plus haut que la hut… Et m*rde! MAIS sur le chemin du retour, j’ai eu la chance (selon les dires de Russell) d’approcher de très près un « Tahr » , sorte de grosse chèvre importée d’Himalaya au 19ème S, maintenant chassée car véritable plaie (elle détruit certaines plantes endémiques).
Quelques photos de nos balades respectives…

⬇Balade de Ben⬇

⬇ Ma balade⬇

La journée se terminera autour d’un bon plat de n…. (je vous laisse deviner) et de gros éclats de rires… On en avait vraiment besoin !

Mercredi 30/03, 8h05. Les choses sérieuses débutent. Au programme: rejoindre Caroline Hut, une hut privée, perchée à plus de 1830m d’altitude. De là-haut, des vues panoramiques sur tout le glacier, sur le Mt de la Brèche, The MinaretsMt TasmanMt Elie de Beaumont et bien entendu le Mt Cook (Caroline Face).
En vrai, cette rando, c’est le parcours du combattant. Très vite, la track disparait ne laissant place qu’à des cairns (à peine visibles) et quelques indications (au nombre de 2!). On longe dangeureusement les falaises (et le vide, accessoirement), traverse des pierriers et des couloirs d’avalanches pour enfin arriver à destination. Et là, « paf ! ». Va savoir pourquoi, arrivés à la hut, on s’auto-diagnostique Alzheimer. C’est fou comment rapidement ton cerveau à la capacité « d’effacer » plus de 2h30 d’intenses efforts physiques…
Aucun mot ne sort de ma bouche. Je suis littéralement scotché devant la beauté du paysage. Et par chance, aucun nuage à l’horizon. C’est juste SU-BLI-MIS-SIME ! Comme je disais dans mon précédent article (à relire par ici), « on est allé chercher un morceau de bonheur ». Un bonheur à l’état pur.
Voici quelques photos de notre ascension…

Je vous partage également ces 2 beaux panoramas, juste « Woaaaaouh ! »

20160330_111707

La vallée Tasman !

20160330_105404

Vue depuis Caroline Hut

Alors, ça vend du rêve un peu hein ?!

Après avoir faire le plein (gourde/estomac/photos), il est maintenant temps de redescendre. Et sur le chemin du retour, on se retrouve subitement nez à nez avec monsieur le chamois…20160424_170729.jpg

13h05. Voilà. On vient de réaliser ce qui s’avèrera être l’une de mes plus belles randos en Nouvelle-Zélande. Peut-être bien la plus belle d’ailleurs. Un vrai concentré de frissons, d’émotions, de « woaaah » passé chaque rocher. C’était exaltant, saisissant.
Avant de partir, on s’accorde une dernière photo et on immortalise Ball Shelter, hé ouais ! 20160424_170814

Voilà. Cette rando, c’est un exemple de ce que je vis en Nouvelle-Zélande. C’est comme une transe, « en 3D »…
Vous voyez, ça a du bien aussi de quitter sa zone de confort ! 👌

CLAP DE FIN pour cette 6ème chronique…
A SUIVRE: ma dernière rando dans le Canterbury !


[Brèves fermières]
– Depuis 1 mois, lors de la traite, et avant de placer les capsules, on vérifie que les mamelles n’aient pas de mastites.
– Evidemment, elles n’aiment pas trop ça. Un matin (24/04), ma main en a fait la douleureuse expérience. Conclusion: j’ai les os solides, mes veines moins.
– Je suis allé voir 10 Cloverfield Lane (le dernier JJ Abrams) au ciné. Un peu déçu…
– Les vaches raffolent de fodder beet, des betteraves fourragères.
– Tataaam, voici ma recette des scones:
🍴 3 cups flour  ¤  4 1/2 teaspoons baking powder   ¤   1/4 teaspoon salt   ¤  1 cup milk   ¤   25g butter   ¤   2 teaspoons sugar   ¤   1/2 cup raisins/sultanas
Mélanger tous les ingrédients en respectant l’ordre. Pétrir, étaler, découper en carrés ou former en boules. Cuire à 230°C pendant 10min maxi (à peine dorés !). Bon appétit ! 🍴

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s