Les chroniques d’un farmer – part.5

Déjà la 5ème chronique ?! Wooohooo 🙌
Le temps passe si vite… Parfois, je ne sais même plus quel jour on est. C’est comme si je restais éveillé 24h/24, 7j/7. Et puis un jour, je me réveille: bim!, je réalise que j’arrive à la fin de mon 10ème mois en Nouvelle-Zélande. Parler départ? Nah, je chasse vite ces pensées. Vivre l’instant présent, voilà.
Dans cette nouvelle chronique, je reviens sur ma coloc’ avec l’ami Benoît mais surtout sur notre tramping dans le Canterbury, où on est allés chercher un morceau de bonheur à plus de 1600m d’altitude ! Retour.

IMG_20160405_183748

Mount Somers, 1687m

Si on m’avait dit que bosser dans une exploitation laitière ferait des émules…
Du 14 au 22 mars, j’accueille dans mon cottage mon pote Benoît, dont vous avez déjà fait la connaissance lors de mes précédents articles. Il souhaite expérimenter le travail dans une dairy farm néozélandaise. C’est aussi l’occasion pour lui de dormir sur un vrai matelas et d’avoir une vraie couette. C’est qu’il fanfaronne à tout va et fait le fier avec sa toile de tente mais il n’en mène pas large, « en réalité »… XD

Pendant ces quelques jours, on aura vraiment ri. A faire les zouaves, comme de vrais gamins. Parce que la Nouvelle-Zélande, c’est aussi ça. La famille, les amis. La sincérité et l’authenticité, des choses dont certaines personnes manquent cruellement de nos jours…

Mais si l’ami Benoît est venu « chez moi », c’est aussi pour qu’on se prépare une bonne rando au Mt Cook, celle dont je vous avais vite fait parlé à la fin de cet article. Manque de pot, dû à une mauvaise météo, pas de Mt Cook. « A défaut », et grâce aux conseils avisés de Russell, on s’est embarqués pour 2 jours de tramping sur ET autour du Mount Somers (photo du haut)…
Conclusion: si vous avez le temps ou l’occasion, ne passez pas à côté, ce qui vous attend là-bas est juste fabuleux !
Décryptage.

20160320_121020

A l’assaut du sommet…


Samedi 19/03, 10h. C’est plein d’ambition et de détermination qu’on se lance à l’assaut de nos 28kms. Cette rando est plus que prometteuse: bush, cascades, vues à 360°, formations volcaniques, canyons, ponts suspendus, refuges, bref en vrai, le pied total…

La 1ère demie-heure est relativement facile, après ça l’est beaucoup moins. Imaginez des escaliers, un sentier à plus de 60° d’inclinaison plus le poids du backpack. De quoi en décourager plus d’un ! Mais nous, on est de vrais warriors. On est presque prêts à courir (ça, c’est dans la tête).
Bref. C’est quasi 2h30 après être partis du parking, avec 5kms dans les papattes et transpirant à grosses gouttes, qu’on arrive enfin à notre première halte: Pinnacles Hut. On se pose, on discute avec une allemande, puis 4 kiwis en vadrouille. Ben prend des photos, je fais à manger (oui, il en faut bien un). On a quand même de sacrées belles vues depuis notre « maison de passage », vous trouvez pas ?

 

14h. Il nous reste encore plus de 6kms à faire afin d’atteindre Woolshed Creek Hut, notre toit pour la nuit. Et comment dire, c’est juste CA-NON-NIS-SIME ! Des montagnes et des touffes d’herbes jaunies à perte de vue, de la pierre érodée pendant des décénnies, c’est à la fois sauvage, apaisant et captivant. On a juste envie de fermer les yeux et de respirer, sans bouger… Sauf qu’en réalité, il fait un vent à décorner les boeufs (oui, on est quand même sous couvert d’une alerte météo). Qu’importe. Comment ne veux-tu pas être envoûté face à ça?20160319_141612

Pour le plaisir des yeux, voici quelques belles images…

Avant d’arriver à la hut, on fait un petit détour par des water caves. C’est juste sublime! Je résiste à l’envie de sauter dans l’eau tellement j’ai chaud. J’oublie bien vite l’idée: l’eau doit être facile pas loin des 5°C. On profite de la fraîcheur des lieux pour explorer les alentours, et on tombe sur des trucs juste magiques…

17h. On pose nos affaires à la hut. Résumé rapide (et en images) de ce moment fort de la journée…

20/03, 8h30. C’est la tête dans le guidon qu’on entame notre 2ème partie. Celle-là s’annonce bien plus « sport ». D’une, elle sera un peu plus longue (17,3kms au lieu des 11,4kms engloutis la veille). De deux, elle sera plus technique (tramping sans trop de repères pour atteindre le sommet). Mais ça, on va le découvrir sur le moment… Café et scones avalés, let’s go !

La 1ère partie est vraiment spectaculaire. On passe sur un loooong pont suspendu à peut-être 20m du vide, on suit le sentier le long des falaises, on traverse des forêts, on joue avec des canyons, on s’arrête et on attend le bus 😛 , et on arrive enfin sur le plateau… Des vues aussi saisissantes les unes que les autres…

Le temps de manger et reprendre des forces, on continue avec la 2ème portion. Et après une 20aine de mètres, on peste rien qu’à l’idée de redescendre… En fait, cette portion est un peu ennuyeuse: la vue sur les plaines est vraiment moyenne, et on fait que descendre puis remonter pour redescendre… Ces 6kms ont été longs et barbants. Du coup, pas de photos !

12h10, pétantes. Face à nous, le Mount Somers. La « bête », à plus de 1600m. Il fait un cagnard pas possible, on crève de chaud. On ressent la fatigue de la veille. On sait qu’on va devoir puiser dans nos réserves pour atteindre le sommet. On se motive, on crie, on hurle et on rit en compagnie de Marcel & Nadine, un couple de suisses-allemands qui voyagent dans le monde depuis un peu plus d’1 an et demi. Ils sont eux-aussi dans le même état que nous: à bout.
Cette ascension, c’est sûrement la chose qui nous aura fait souffrir comme jamais. De sacrées inclinaisons, un sentier glissant, des cailloux qui roulent sous tes chaussures et te font reculer de 2m, sans oublier un final comme jamais on a eu ailleurs. Tous, on se motive, mais on est presque à 2 doigts de faire demi-tour. Heureusement, on se pousse les uns les autres, comme une équipe prête à tout pour aller au bout. Il nous en a VRAIMENT fait baver ce mont !
C’est finalement sur les rotules, et après plus de 2h30, qu’on pose enfin le pied sur le sommet. En écrivant cet article, je me rends compte qu’on a, malgré tout, été super rapides sachant qu’on s’est arrêtés manger un bout pour nous rebooster!
D’en haut, la vue est magistrale ! 360° de bonheur et notre fatigue déjà oubliée.
Je partage avec vous ce coin de paradis…

20160320_143308

YEAAAAAHHH !

Aux alentours de 16h30. On arrive tous les 4 sur le parking. La boucle est alors bouclée. On est complètement exténués mais on a tous des étoiles plein les yeux. Je me rappelle encore nos réactions à chaud avec Marcel… « It was tough but we did it. That was awesome, amazing. We finally kicked the bloody ass of this f*cking Mount Somers ».
Une dernière photo pour la route et nos chemins se séparent… Nous, nous rentrons sur Oamaru, eux partent dans une semaine pour Bali…

20160411_162220

Pleased to meet you mates ! 😉

Aaaah, sacré Mt Somers !

CLAP DE FIN pour cette 5ème chronique…
A SUIVRE: 2 jours de rando & tramping autour du Mount Cook !


[Brèves fermières]
– Une vache est vraiment caractérielle: si elle a décidé de ne pas bouger, elle ne bougera pas.
– Les veaux ont vraiment tout à apprendre, c’est affligeant !
– Il me faut absolument mon café avant et surtout pendant la traite…
– Grâce à mes vaches, je me sens parfois transporté à Rotorua.
– J’ai perdu 5kgs en 3 mois de travail à la ferme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s