A la découverte du Nouveau-Brunswick

Tellement hâte de vous parler de cette belle province !
Je dois vous avouer, en toute franchise, beaucoup de personnes rencontrées jusqu’alors n’ont pas été très élogieuses à propos du Nouveau-Brunswick, la qualifiant souvent « d’ennuyeuse », de « monotone », ou de « ben ben plate » . Il est vrai qu’on est loin du charme des Rocheuses ou de l’aspect sauvage du Yukon MAIS cette « petite » a du caractère et vous promettra d’inoubliables moments ! Une vraie « expérience à vivre » !
Et c’est ainsi que débutent mes aventures en terre acadienne…

IMG_3330

Phare de Shippagan

UNE PROVINCE FIÈRE ET HOSPITALIÈRE

Il serait de mauvais goût de vous présenter le Nouveau-Brunswick sans vous parler de son identité acadienne très présente. Il n’est d’ailleurs pas rare d’entrapercevoir les fameuses couleurs du drapeau acadien pendant votre roadtrip ! (cf photo ci-dessus; il n’y a que l’étoile jaune qui le différencie du drapeau français)
Vous les verrez partout: drapeaux, cages à homards, phares côtiers, sans oublier la graaande étoile placardée sur le mur des maisons. Ils ont même des homards bleus. SANS BLAGUE !
Y’a pas à dire, les acadiens sont fiers de leurs couleurs et de leur histoire, vieille de plus de 400 ans. D’ailleurs, la connaissez-vous leur histoire ?! Oui? Non? Allez, bref petit récap ↩
[Ce territoire, qui est déjà connu au 16ème siècle par les pêcheurs européens (pour la grande majorité venus de Bretagne, de Normandie et du Pays-Basque), est d’abord sous gouvernance française. Puis, les anglais débarquent et avec eux son lot de guerres civiles qui fera ballotter le peuple acadien d’une gouvernance à une autre (7x entre 1604 et 1713 !). 1713: Traité d’Utrecht. La France perd l’Acadie. Un climat de cohabitation s’installe pendant des décennies mais, dès 1755 (et parce que les acadiens ont refusé de prêter allégeance à la couronne britannique), l’Angleterre déporte d’importantes communautés vers les colonies anglo-américaines. Pendant que certains meurent de faim ou de fatigue, d’autres s’enfuient et descendent jusqu’en Louisiane (les « Cajuns », déformation de « acadien »). Après la « Guerre de Sept Ans » (1756-1763), le traité de Paris (1763) marque la capitulation de la France et la perte de l’essentiel de ses territoires. Des acadiens finissent par revenir s’installer. La vie reprend son cours mais tout reste précaire… Ça n’est qu’au cours du 20ème siècle que la communauté acadienne s’épanouit économiquement, politiquement, culturellement. L’Acadie est maintenant une vraie entité culturelle au rayonnement international, désormais connue pour son célèbre Tintamarre du 15 août, célèbre journée nationale acadienne !]

Si l’envie vous dit d’écouter 2/3 chansons d’artistes acadiens (voire la playlist complète !), je vous invite à découvrir celle concoctée par Tourisme Nouveau-Brunswick, à écouter sur Spotify 🎵

NB: où trouver le fameux homard bleu? Direction l’Aquarium & centre marin du Nouveau-Brunswick !


SUR MA ROUTE DU LITTORAL ACADIEN: ARRÊT PÉNINSULAIRE

Peu importe vos envies, vous finirez par vous promener sur cette route scénique et surtout faire de (très) nombreux arrêts…
Me concernant, c’est tout naturellement par la partie acadienne que j’ai décidé d’entreprendre ma découverte, ce bout de territoire connu au travers de récits et de chansons, et tant apprécié pour son caractère jovial et généreux. Puis bon, entre nous, quand vous voyez les longues et belles plages surmontées de phares multicolores, y’a de quoi en tomber à la renverse !
Parmi tous ses kilomètres avalés à la vitesse de la lumière, mon coup de ❤ va à la péninsule acadienne qui, avec ses couleurs et son authenticité, m’a fait apprécier 2x plus le coin !
➡ Conséquence directe: vous devrez peut-être faire comme moi: prolonger votre séjour…

IMG_3433

Coucher de soleil – Plage de Pokeshaw

IMG_3336

Baie de Caraquet

IMG_3314

Cages à homards – Shippagan

Petite recommandation pour voyageur: rendez-vous jusqu’à la pointe, sur l’île Miscou. La route 113, qui vous mènera à destination, vous fera d’abord traverser marais salé, forêt enchanteresse et tourbières délicieuses avant de vous amener au bout du monde, face à la mer, les pieds dans le sable, les yeux dans l’eau…
Et si vous pouvez y arriver pour assister au coucher de soleil, ça ne sera que mieux (chose à laquelle je n’avais pas pensé 😓).

IMG_3327

Sentier des tourbières – Île de Miscou

IMG_3321

Phare de Miscou

IMG_3318

Plage de Miscou


MES 3 INCONTOURNABLES SUR LA ROUTE

Si j’avais à ne retenir que 3 endroits immanquables sur cette partie-là du Nouveau-Brunswick, voici ceux que je choisirai:
1/ Le Village Historique Acadien. Pour moi, c’est THE site à ne surtout pas passer à côté. C’est le lieu idéal pour vous plonger en immersion dans la culture d’un peuple fier et fort. Au fil de la visite, vous en apprenez davantage sur le style de vie des acadiens de 1770 à 1949, notamment grâce au talent des interprètes, qui vous feront même goûter à des spécialités ! N’oubliez pas de vous arrêter à la taverne de Louis Poirier, chez Mme Babineau ou chez le pompiste Irving Oil Co. Ltd 😉
NB: comptez bien 4h minimum pour profiter du village…

IMG_3402

Le pont vous fait passer du 19ème au 20ème siècle

IMG_3399

Pris dans le temps

IMG_3398

Mme Babineau m’a fait craquer !

*****     *****     *****

2/ Le parc national de Kouchibouguac. Avec ses dunes, ses plages, ses marais, ses tourbières, ses forêts, ce parc dont le nom signifie en Mi’kmaq « la rivière aux longues marée » a vraiment de quoi vous contenter. Les activités sont riches et variées: sorties en canoë, en kayak, en vélo, balades sur les sentiers de randonnée, geocaching… Ma palme de l’activité phare revient au « Fat Bike » ! Le bruit des pneus et les sensations aux guidon sont au top !
NB: n’oubliez pas, les parcs nationaux sont gratuits cette année !

IMG_3463

Contemplation face à la rivière Kouchibouguac

IMG_3480

Mr Wellington s’est fait tiré le portrait ici !

IMG_3555

Pause ou pose ?

*****     *****     *****

3/ L’Eco-Centre Irving – Dune de Bouctouche. Située entre Kouchibouguac et Shediac, la dune de Bouctouche s’étend sur 12 kms de long et abrite un bel écosystème. Notez que c’est l’endroit parfait pour observer la faune (renards, hérons, pluviers siffleur…) et la flore (dont l’ammophile qui stabilise la dune). Pour les plus courageux, une balade d’un peu plus de 14 kms vous emmènera jusqu’au phare de Bouctouche ! 👣
NB: l’accès à la dune est totalement gratuit.

IMG_3572

Point d’observation

IMG_20170907_174739_954

Lignes convergentes

*****     *****     *****

Ainsi se clôture le 1er chapitre de mes aventures au Nouveau-Brunswick.
Cette province a vraiment tout pour plaire. Je m’y sens bien et comme vous le savez, je m’y trouve encore au moment où j’écris ! Mais cette fois-ci, j’ai délaissé l’option « slow motion » et j’ai décidé de partir en roadtrip afin d’en voir un maximum et de faire changer d’avis les indécis et les déçus…

FIN DE L’ARTICLE.
NEXT: Balade introspective en Nouveau-Brunswick


BONUS GOURMAND !!!

Un grand merci à Manon, acadienne de souche mais québécoise de cœur, qui n’a pas lésiné sur la qualité et m’a littéralement transporté avec son petit-déjeuner de luxe !
NB: il s’agit d’une omelette au homard, forcément !

IMG_3309

Une réflexion sur “A la découverte du Nouveau-Brunswick

  1. Pingback: Balade introspective en Nouveau-Brunswick… | Les aventures de monsieur Wellington

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s