Les chroniques d’un farmer – part.4

Début novembre 2015, je découvrais pour 1ère fois Wanaka, une ville plantée au pied des Southern Alps (l’article est à (re)découvrir par ici) et porte d’entrée du parc national du Mount Aspiring. Très vite, j’ai eu un coup de coeur. L’ambiance, le décor, la taille humaine, cet endroit a clairement réussi à me transporter. C’était un peu frustré que je l’avais quittée au bout de seulement 2 jours. Par tous les moyens, je comptais revenir… Pari réussi 4 mois plus tard !
A mon tour, laissez-moi vous transporter dans ce décor féérique…

IMG_20160326_181357

Mr Wellington en haut de Roy’s Peak Track

 

Mardi 8/03, 7h. Après avoir enchaîné 8 jours de boulot et checké la météo 20x en 2 jours, je pars rejoindre mon acolyte du moment (l’ami Benoît) sur Wanaka. Toutes les conditions sont réunies pour passer 2 jours exceptionnels…
Ensemble, on s’est concoctés un bon petit programme: emprunter la Rob Roy Glacier Track et la Roy’s Peak Track, deux magnifiques randos qui bordent Wanaka.
Durée totale (au cumulé): 12h. 12h de bloody randos. 12h à en prendre plein les yeux. Du concentré de nature à portée de mains. Enfin, il nous a fallu aller la chercher cette part de « bonheur » !!! Mais « Woaaouh » quoi. Retour.


11h. Le DOC de Wanaka nous confirme le beau temps. On peut donc partir tranquille vers Rob Roy Glacier Track, une belle rando en plein coeur du parc national, avec ses vues plus que parfaites sur le Mt Aspiring, sommet culminant à plus de 3033m.
La route (une gravel, pour changer) est spectaculaire. On s’arrête, on prend des photos, on est séduits voire même subjugués. « B**del, c’que c’est beau ! On traverse des ruisseaux, des champs, toujours en bas de ces montagnes…

20160308_121942

Sur la route…

1h après avoir recouvert l’extérieur et l’intérieur de mon 4×4 d’une fine couche de poussière, on arrive sur le parking. Le temps de se pauser, manger notre casse-croûte et faire nos lacets, on attaque la rando ! On a lu les mots « swing bridge » et « glacier ». Autant vous dire, j’en connais un qui est heureux ! XD
La sentier traverse une forêt épaisse, suit des rivières rafraîchissantes et finit par offrir de vraies cartes postales…

A l’arrivée, le décor parfait. Des glaces accrochées aux hauts sommets, des dizaines de cascades, un ciel bleu azur teinté de nuages par-ci par-là. Ici, le concept « esprit nature », c’est pas de la gnognote. Bon, seul hic: le soleil crache tellement que les photos sont loin de rendre… Je vous laisse en juger par vous-mêmes avec cet échantillon (oui, je vous épargne les quelques 170 photos…).

⬇Passage obligé⬇20160403_154557

Maintenant qu’on a pris 50,000 photos, on entame la 2nde partie vers le glacier, un peu plus tramping. Et là, après une bonne heure de montée puis de descente, on arrive enfin devant un glacier. Et comment vous dire, on se sent vraiment ridicules à côté ! A être ici, autant tenter une excursion, non ?! Et puis, mr Wellington, lui, il n’a jamais frotté ses sabots sur de la vraie glace néozélandaise… Retour sur ce moment intense et inconscient (je l’avoue) !

On fait les foufous, mais on se décide à quitter le glacier et redescendre vers le parking. C’est pas tout mais on en a encore pour facile 1h30 de descente, sans compter que la nuit arrive maintenant bien vite !
Au passage, quelques photos du glacier, sans le soleil… De quoi rester bouche-bée.

19h30. L’heure est au repos du guerrier. On avale un bon plat de pâtes champignons/fromage (ou plutôt devrais-je dire « un bon plat de fromage pâtes/champignons, big up Ben !) et une bonne entrecôte juteuse, le tout accompagné d’un bon vin australien cabernet/merlot. La vraie vie quoi.
22h. L’heure est au coucher. Demain, on enchaîne avec notre 2ème rando. Pour Ben, ce sera le confort douillet d’une tente; pour moi, l’exiguïté de la banquette arrière de mon 4×4. Bonne nuit !


 

Mercredi 9/03, 7h. C’est un pénible « Good morning » que j’adresse à Ben. M*rde, j’ai plus 20 ans ! C’est ça aussi la vie d’un backpacker, il faut jouer avec le compromis… Le temps de boire un bon café et de remettre mon dos d’aplomb, de remplir nos sacs de « barres céréalières », d’abricots secs, pommes et bouteilles d’eau, on démarre le bolide direction la fameuse Roy’s Peak Track !
C’est cette rando que tout backpacker qui se respecte se doit de réaliser en NZ. D’en haut, une vue de RÊVE sur les Southern Alps, le lac de Wanaka et la ville en elle-même. D’en haut, une terrible sensation de puissance et d’apaisement, de fierté et de liberté.
Cette rando, c’est du pur plaisir. Même si certaines portions sont loin d’être agréables, quand t’arrives en haut, que tu poses ton derrière sur le confort moelleux d’une touffe d’herbe, t’as juste envie de stopper le temps. C’est pas pour rien que c’est l’un des endroits préférés des photographes…
Vous mourrez d’envie de voir ça, hein ?! Je blablate, je blablate. En réalité, j’avoue je vous nargue un peu en fait ! Allez, vous aussi, vous avez droit à votre part du bonheur (même depuis votre écran d’ordinateur ou votre smartphone) !

⬇La vue se mérite⬇20160403_164212

Allez, c’est parti. Festival !!!
NB: désolé mais ici vous ne trouverez pas de vues de l’ascension, on était bien trop occupés à suer comme jamais…

Après une 50aine de photos…

20160403_165018

Merci à nos amis asiatiques pour la photo !

Et on continue de monter: prochaine étape le Roys Peak qui culmine à 1578m. De là-haut, une vue SEN-SA-TION-NELLE comme en témoignent nos photos !

14h. On amorce la descente. C’est le moment où nos mollets nous remercient. C’est finalement après 1h30 de descente rapide qu’on atteint la voiture. On a chaud, on est épuisés et nos jambes tremblent encore.
Ni une ni deux, on rejoint le centre-ville, je redépose l’ami Benoît dans son camping et trace vers Oamaru… Mine de rien, il me reste encore 2h30 de route !

Woaaaooouuuhhhh. Ces randos valent de l’or. On n’arrête pas d’en reparler. C’était excellent. Ce pays regorge de trésors, à t’en faire oublier où t’habites ! Je comprends mieux pourquoi la Nouvelle-Zélande attire de plus en plus de touristes…

CLAP DE FIN pour cette nouvelle chronique…
A SUIVRE: 2 jours de tramping quelque part en Canterbury


 

[Brèves fermières]
– Depuis le 24/03, on n’a plus qu’1 seule traite quotidienne.
– Je suis allé voir Deadpool au ciné. Je recommande !
– Quand une vache voit un tracteur avec de l’ensilage, tu peux être sûr que l’enfer commence…
– Ma vidéo réalisée en caméra-cachée par l’ami Benoît a fait un buzz pas possible. Pour cela, je ne l’en remercierai jamais assez.
– Je fais une cure de côtelettes d’agneau au romarin et à la menthe

 

3 réflexions sur “Les chroniques d’un farmer – part.4

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s