Ma ferme du bonheur à Compton !

Hey boy, ça commence à faire un peu long là… Plus d’un mois sans un seul article, c’est que j’vais devoir ramer pour redorer mon référencement naturel sur Google ! 😅
En plus, je l’avoue, je n’ai pas vraiment d’excuses. Si, peut-être une seule. Celle d’avoir trouvé l’endroit parfait, dans la campagne, des animaux en masse et, surtout, des hôtes de très grande qualité. Et ça, ça vous « accroche le sourire à la gueule », comme dirait quelqu’un qui se reconnaîtra…
Allez, venez donc découvrir mon camp de base dans le sud du Québec !IMG_0878

Simplicité. GénérositéPartage. Amitié. Voici donc les 4 mots que j’utiliserais si je devais résumer mon séjour chez ces deux loustiks du sud. Il y a des couples qui m’ont réellement touché au fil de mes aventures (Julie & Paul à Tauranga, Yvonne & Dale à Whitianga, Gee & Patrick à Conway Flat, et pas mal d’autres encore). Finalement, Kathy & Dave s’inscrivent dans la même continuité. Faut dire, c’est sans compter sur leur cadre de vie feutré et l’atmosphère reposante de leur maison, un vrai havre de paix propice au bien-être total.
Trêve de bavardages, laissez-moi vous faire vivre mes instants de vie à la campagne, bien loin du chahut constant des villes !

Moe’s River, la nature est Reine. La maison est entourée de forêts (sapins, érables, frênes et autres feuillus), pas loin coule une rivière (devinez son nom) rythmée par les caprices de la météo, avec ça et là, des empreintes d’animaux (lièvres, orignaux, chevreuils…). A quelques pas de l’étang, c’est le panneau « Ferme Chambord » adossé à la grange, qui irrésistiblement attire mon attention.
Ici, les animaux sont Rois, eux-aussi. Chiens, chats, canards, coq, lama, chèvres, bouc, mouton, jument, une véritable basse-cour située au 187.
Tous les matins (vers 8h) et tous les soirs (vers 15h/16h), Kathy m’embarque dans son monde à elle, toujours avec la même passion. La façon dont elle traite ses animaux est quasi exemplaire: le geste précis et la même attention portée à chacun. C’est qu’elle a quand même voulu être vétérinaire. Pour moi, même sans son titre, elle s’en sort vraiment bien; elle reconnait presque instinctivement les maux et comprend le comportement animalier sur le bout des doigts (elle a eu son Attestation d’Etudes Professionnelles en soins animaliers il y a 2 ans).
Je finis par apprendre beaucoup grâce à elle. Au bout de 24h, je suis déjà contaminé par ce que je qualifierai de « démence affective envers les animaux« …

Puis, il y a l’univers de Dave. Passé la porte de son atelier, à la couleur lie de vin, on est transporté dans deux mondes: la mécanique moderne, avec ses grosses machines à pied d’œuvre, et les années « rétro », avec ses pièces usinées tels de véritables objets d’art. Ça sent la graisse des machines, le cambouis, le fer et la peinture. Et le cerveau en ébullition aussi. Peut-être dû à son métier d’ancien directeur recherche et développement d’une boîte germano-canadienne. Le résultat de son travail donne lieu à de vraies merveilles dans le monde de l’artisanat d’art. Dave, c’est « le Roi des tricoteuses » !
Hé oui, il passe désormais le plus clair de son temps à la conception et au montage de tricoteuses à bas, comme il s’en faisait alors à la fin du 19ème – début du 20ème siècle… D’ailleurs, je repars de chez eux avec une superbe paire de chaussettes bas (vraiment trop grande mais faite maison!)

Ah, j’oubliais. Kathy a aussi son propre business de laines, la « Shoppe de Laine » . Elle commercialise des laines venant de pas mal de pays (Mongolie, Pérou, Nouvelle-Zélande🙌 et Canada bien sûr), sous la marque « Chambord » (d’où le nom de la ferme, vous l’aurez compris).

[Pourquoi ce nom? Pour l’anecdote, ce nom contient presque toutes les lettres des noms de Kathy & Dave et fait bien sûr référence au château de Chambord, région Loire-et-Cher où sont originaires les ancêtres de Kathy.]

Son magasin, installé au 187 Hyatt’s Mills propose diverses fibres: mouton, lama, chèvre cachemire, chameau entre autres. Beaucoup de ces fibres proviennent directement de la tonte de ses bêtes, de quoi s’assurer une image écologique, de qualité et une certaine éthique. Qui plus est, c’est l’endroit idéal pour exposer les machines de collection de Dave ! Hop, un p’tit tour par la boutique m’sieurs/dames 😎

Vous voyez, Kathy & Dave sont finalement de vrais touche-à-tout, inventifs, agréables, calmes et d’une modestie sans pareille. Simplicité, vous vous rappelez? 😇


Un instant par ci, un instant par là…

Vendredi 24/02, 14h. A nous l’eau d’érable !
Kathy & Dave ont dans leur forêt environ 2,000 érables et c’est leur fils Nicolas qui, pour le fun, entaille chaque année quelques érables. Cette année, ce sont pas moins de 201 érables qui sont passés au crible. Voici la…

… « Recette pour une bonne récolte » !

Outils:
– perceuse
– marteau
– chalumeau (bec verseur)
– chaudière (seau)
– couvercle
– un mental d’acier
– une motricité bien huilée

Méthode:
1/ Avant toute chose, il faut savoir reconnaître un érable d’un frêne ou d’un orme. Avis aux avertis ! (je ne sais toujours pas les différencier).
2/ Après quelques exercices de mémoire et quelques mouvements de poignets, repérez le plus bel arbre et faites un trou d’environ 10 cms. L’expédition est lancée !
3/ Pour éviter la tendinite au poignet, apprenez à manier le marteau. Maintenant que vous savez, enfoncez le chalumeau ni trop/mais suffisamment.
4/ Accrochez votre chaudière (inutile d’apporter du gaz, du bois, des tuyaux). Tic, tac, tic, tac…
5/ Sautez de joie à la vue de la première goutte ! Vous avez réussi le travail la job !
6/ Maintenant que l’émotion est à son comble, répétez l’opération sur les autres arbres, sans perdre de votre motivation !
7/ Quelques jours d’attente, et c’est l’heure de ramasser l’eau d’érable. La nature a rempli sa part du contrat. Elle devra être aussi généreuse que possible sur les prochains 30/60 jours.

Mardi 28/02, 18h. A nous le sirop d’érable !
Nicolas a décidé de faire bouillir ce soir. On ne le sent pas encore depuis la maison mais on peut le voir au loin. Une épaisse fumée blanche s’échappe d’un petit cabanon. J’apprendrai plus tard qu’il s’agit en réalité d’un ancien poulailler transformé en cabane à sucre il y a de cela 10 ans.
Il a mis au point un sacré système, fait maison certes, mais assez ingénieux à vrai dire. Et au bout de 10h, le résultat est le même ! Du f***ing sirop d’érable au goût tout simplement exquis…
Un vrai délice des dieux en 3D !

Samedi 11/03, 8h. Des glaçons sur la moustache !
❄💨 puissance 1 million
Je n’ai jamais eu aussi froid de toute ma whole life ! Le thermomètre indique -22°C bien tassés et il fait un vent à décorner les bœufs. Le « refroidissement éolien », comme ça se dit ici, dépasse les -35°C ! Même bien recouvert de mes 2 pantalons/sous-pull/pull/chemise molletonnée/manteau/tour de cou/bonnet/2 paires de gants, mon train a été un véritable enfer. Je rame tellement, je suis comme anesthésié par ce froid glacial. Très vite je ne sens plus mes doigts. Je décide de les tremper dans de l’eau chaude. Très mauvaise idée. « Quel con ! »
Je finis par sentir des glaçons se former sur la moustache. A ce moment-là, j’explose de rire.
« La voilà ta bloody expérience canadienne mon vieux ! » #ImpossibleDeVoirUnePhotoDeMaMoustacheCarJavaisLesMainsVraimentTropGelees

Mardi 14/03 – Jeudi 16/03. 48h de tempête. La pire tempête du siècle, selon les journalistes !
Un avertissement de tempête. Des conseils sur le confinement. Carrément. En 48h, pas moins de 60cms de neige fraîche. C’est pas non plus fou, mais suffisamment pour en entendre parler pendant plus de 15 jours! Dehors, le paysage se parent de blanc, certains arbres plient sous le poids de la neige accumulée, Dave dégage la neige, Kathy & moi ouvrons des passages pour les animaux. La vie s’organise ! Retour en images…

Samedi 18/03, 9h30. En route vers Saint-Benoît-du-Lac !
Kathy décide de m’emmener visiter l’abbaye bénédictine de Saint-Benoit du Lac, un site touristique visiblement très couru pendant la saison estivale. La route est belle, on fait quelques arrêts photos avant d’arriver sur place. Ce matin, l’imposante bâtisse de briques et de granit, qui surplombe le lac Memphrémagog, brille de mille feux. Une atmosphère reposante et paisible se dégage des lieux, peut-être est-ce à cause de la charmante chapelle attenante ?

Dimanche 19/03, 14h. J’ai fini d’empaqueter mes affaires dans mes 2 backpacks. Je charge la voiture. C’est le cœur lourd que je m’apprête à me séparer de Moe’s River, un endroit sans nul autre pareil. Encore une fois, je quitte des personnes qui ont marqué mon expérience de vie au Canada. Et commencer mon expérience de helpX par ça, c’est juste de l’or en barre.

IMG_1081

North Hatley – Le 17/03/2017

A SUIVRE…


😂 Les mots/expressions québécoises que j’ai appris durant mon séjour: 😂
« Se mettre sur son 36 » =  se mettre sur son 31
« Couper le cheveu en 4 » = se plier en 4
« Tire toi une bûche ! » = assieds-toi !
« Fuck pas le chien ! » = t’embêtes pas !
« Ça coûte une beurrée » = ça coûte cher
« J’m’en câlice ! » = Je m’en fiche (pour rester poli)
« Pieds de bas » = chaussettes
« Bobettes » = sous-vêtements
« Pantoute » = pas du tout, vraiment pas
« Tasse à mesurer » = verre doseur
« Papier parchemin » = papier sulfurisé
« Flasheur » = clignotant
« Brake à bras » = frein à main
« Mettre du gaz » = mettre de l’essence
et bien entendu les célèbres jurons « osti », « tabarnak/tabernacle/tabarnouche/tabarouette », « crisse », « ostie », etc

6 réflexions sur “Ma ferme du bonheur à Compton !

  1. Pingback: Courir les érables, t’as-tu déjà vécu ça toi ? | Les aventures de monsieur Wellington

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s